Communication par correspondance : les erreurs à éviter.

La communication par correspondance consiste en un échange de courriers entre un expéditeur et un destinataire. C’est une communication écrite, généralement sous forme de lettres privées. L'un des moyens les plus pratique depuis bien longtemps est sans doute la correspondance par lettres, et malgré les progrès technologiques, elle continue d’être utilisée sous diverses formes. Quelles sont les erreurs à éviter lors d'une communication par correspondance ?

Tarder à répondre

Pour connaitre toutes les erreurs à éviter lors d’une correspondance, il vous suffit juste de visitez le site web. La première chose à éviter est de tarder à répondre. Mais oui, tout le monde est occupé. Ce n’est pas une raison pour répondre un mois après avoir reçu une lettre ou encore moins un email. Essayez de mettre la conversation à l’oral pour comprendre l’impact. Plus vous prenez du temps à répondre, plus vous perdez l'intérêt de la conversation. En plus, c’est une marque de négligence et d’indifférence à l’endroit de votre correspondant. Informez-le si vous êtes occupés pour éviter qu’il se fasse des idées.

Faire des fautes

On ne s’en rend pas compte, mais les fautes sont un véritable obstacle à une conversation. Encore qu’à l’oral, on peut fermer les yeux. Mais à l'écrit, les fautes inhibent l'envie de lire. Vous vous dites surement que l’essentiel est que le message soit reçu. Or les fautes empêchent la compréhension. Donc, pour entretenir une correspondance, vous devez vous appliquer et réduire au maximum les fautes.

Etre le centre de la discussion

Pour une communication réussie, il faut de l’écoute. Si vous donnez de vos nouvelles, pensez à recueillir celles de votre correspondant. Posez-lui des questions. Ne parlez pas que des sujets qui vous intéressent. Que les sujets de conversation ne soient pas que vos centres d'intérêt. Ne soyez pas le centre de la communication, c’est ennuyeux et énervant. Mettez-vous à la place de votre correspondant. Il doit se sentir impliqué lui aussi, sinon il n’aura aucun intérêt à poursuivre la conversation.